HEC Débats est une association loi de 1901 située sur le campus d'HEC Paris au 1 rue de la Libération 78350, Jouy-en Josas.

Le Pari de l’Opéra : la tradition modernisée

Mardi 2 avril à 19h, le Bureau des Arts et HEC débats auront le plaisir de s’associer pour faire découvrir aux étudiants l’un des bastions de l’excellence à la française : L’Opéra de Paris. Karl Paquette, danseur étoile de 2009 à 2018 et Alison Chekhar, déléguée au rayonnement de l’institution seront nos invités.

Cette grande Maison fête cette année ses 350 ans. En tant qu’école à la fois d’art lyrique et de ballet de renommée planétaire, elle fait vivre au quotidien l’excellence du répertoire classique mondial. Souvent critiqué comme étant un « musée vivant », l’Opéra a pour ambition de faire raisonner les grandes œuvres du passé dans une société où tout s’accélère et se diversifie, y compris en art. Cependant, de nombreuses tentatives de modernisation ont eu lieu comme la création de l’Opéra Bastille en 1989 ou la brève nomination de Benjamin Millepied, réformateur à l’américaine, en tant que directeur artistique entre 2014 et 2016. Celles-ci ne sont cependant pas toujours au goût de tous. Karl Paquette, loin d’avoir peur du changement, souligne néanmoins que « c’est une vieille maison, on ne change pas les murs comme ça ».

Peut-être dit-il cela parce que lui-même fait partie des murs. Cet enfant de l’Opéra de Paris, passé dès son plus jeune âge par l’école de Nanterre pour ensuite intégrer à 17 ans le corps du Ballet, décrocha le 31 décembre 2008 la consécration ultime : devenir étoile. Celui qui rêvait enfant d’être Solor dans la Bayadère, cet amoureux sincère d’une Nikiya inaccessible, finit sa carrière dans l’évanescence sereine du si comblé Prince de Cendrillon, le 31 décembre 2018. Le danseur le plus vu sur scène ces dernières années nous partagera son expérience à la fois en tant qu’artiste, technicien mais aussi philosophe. Le ballet classique est pour lui un appui indispensable à toute danse moderne. En danse, il n’est pas question de créer un ensemble de mouvements, mais un « langage chorégraphique ».  

Si les questions artistiques et philosophiques qui entourent le monde de l’opéra et du ballet ont une place primordiale, notre deuxième invité nous permettra d’aborder des questions plus pragmatiques. L’Opéra de Paris, même avec un taux de remplissage parmi les plus élevés au monde et un prix moyen de l’entrée conséquent est loin d’être rentable. L’AROP (Association pour le Rayonnement de l’Opéra de Paris) a pour ambition d’animer une communauté de passionnés et de donateurs en France et à travers le monde. La gestion d’une telle image de marque ainsi que l’assurance de la pérennité des fonds pour une institution artistiques de 1600 professionnels renommés présentent de nombreux défis. A ceux-ci s’ajoutent la multiplication des questionnements autour du rôle social de l’Opéra. Si des programmes d’accès pour le plus grand nombre existent, beaucoup de chemin reste à faire.

Venez ainsi naviguer avec nous à la croisée de l’art et du management aux côtés de représentants d’une institution qui passe les époques en conservant son excellence et sa renommée mondiale.

« Le ballet est une danse exécutée par l’âme humaine »

Alexandre Pouchkine

 

Paul Sanchez pour HEC Débats et le Bureau des Arts